Une serre dans son appartement // Innovation Windowfarm

Vous rêvez d’un potager mais en ville, mais n’avez ni jardin ni balcon ? Britta Riley a trouvé LA solution.

windowfarm

Britta Riley est une artiste américaine qui vit à Brooklyn. Quel est le rapport ? Eh bien cette femme engagée est aussi la créatrice de la « ferme de fenêtre » qui peut faire pousser jusqu’à 25 plantes simultanément.

La ferme, appelé hydroponique car elle ne nécessite pas de terre, est accrochée à un mur équipé d’une petite pompe à air qui fait circuler par goutte à goutte du terreau liquide. Pourquoi ce projet est génial ? Parce en plus d’être écolo, il est « open source » : les gens du monde entier y ont accès et l’améliorent en permanence.
Gros Bémol, les fermes sont à fabriquer manuellement pour nous petits frenchies. A part aux Etats-unis, aucune des Windowfarms achetées n’a été livrée… Mais le concept vaut le détour pour tout ceux qui rêvent de produire une alimentation bio à la maison !

PLUS D’INFOS:
Le site de Windowfarm
La fondatrice Britta Riley qui parle de ses Windowfarm sur Ted

——- LA CUISINE DES CHEFS EST UN BLOG PARTICIPATIF, ABONNEZ VOUS GRATUITEMENT EN HAUT DE PAGE ——-
——- DÉCOUVREZ L’HISTOIRE DE KALIOS SUR NOTRE SITE INTERNET : MYKALIOS.COM ——-
——- REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK : FACEBOOK.COM/MYKALIOS ——-

4 Comments Add yours

  1. Ed dit :

    Britta Riley is a crook, she talks about collaboration and respect. But after back the wonderful project of WindowsFarms. She have not respect of her international back who contribute to the participe project ! Windowsfarm is now sell around the world, but the person outside US who have finance the project don’t receveid the promise reward.

    1. Hi Ed, thanks for the information but we precised it when we wrote the article : « Except in the US, no windowfarm has been delivered yet… » we just wanted to highlitght the project, not the business around it

    2. Clair Eva dit :

      I completely agree with you Ed. It’s called web fraud. See my comment (in french).

  2. Clair Eva dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire d’Ed. Votre article aurait dû porter sur les jardins verticaux et non pas sur la  »compagnie Windowfarms » .Cette entreprise qui se présente comme un projet  »source ouverte collaboratif visant à changer le comportement des consommateurs » est une arnaque en soit. Trop de gens se sont faits avoir par les beaux discours de la fondatrice Britta Riley. Ce produit est encore en vente et, parallèlement ceux qui l’ont financée (canadiens et internationaux) à partir  »sa compagnie » depuis le départ, sont complètement ignorés et n’auront jamais le produit promis (de 200$ à 400$). Deux ans après, les communications concernant les livraisons ou remboursements sont ignorées et pour ceux qui seraient prêt à aller chercher leur jardin vertical sur place, impossible de les rejoindre. L’idée des jardins verticaux ne datent pas d’hier et n’a certes pas été inventés par Britta Riley. C’est l’exemple parfait de l’arnaque cybernétique (« faisant état de son côté humaniste, les arnaqueurs n’hésitent pas à user de ces faiblesses pour parvenir à leur fin ») dont on parle tant de se méfier.

Laisser un commentaire